biomécanique : coureur et ressort // biomecanic : running man and spring

Publié le par Linda, votre COACH SPORTIF

Vous serez peut être surpris d'apprendre que si pendant une course de 2 km, votre "style" respecte certains principes mécaniques, vous parcourrez plus d'1 km gratuitement, sans dépenser la moindre once d'énergie physiologique. Mais avez vous un style correct ? Courez-vous à l'économie ?

Bien que la réalité ne soit pas si tranchée, nous pouvons assimiler l'énergie chimique à l'énergie qui coûte et l'énergie élastique à l'énergie gratuite. La première vient de la transformation des substrats dans les muscles, la seconde de la récupération d'énergie cinétique dans les structures élastiques du corps. C'est la combinaison des forces générées par ces deux énergies qui se combinent dans le mouvement.

 en bref : Energie payante - Energie gratuite : transformation de l'énergie prélevée dans l'environnement en énergie de mouvement


Dans la course a pied, on distingue:

1) La phase d'appuis, elle sous divisée en 3 phases :

- l'amortissement : Pendant la durée de cette phase la force de réaction exercée sur l'athlète est orientée dans le sens inverse de son déplacement.

- le soutien : correspond au moment où le centre de gravité est à l'aplomb de l'appui au sol.

- la pousée : La composante des forces exercées par le coureur sur le sol est orientée dans le sens de son déplacement. C'est donc le moment moteur par excellence.

biomecanique-foulee

2) La phase de suspension :

La suspension commence au moment où le pied de poussée quitte le sol et se termine au moment où l'athlète reprend appui. Pendant cette phase aérienne, le coureur n'a aucun point de contact avec la piste.

TEL UNE BALLE : enclume.jpg

Un athlète en mouvement peut être amalgamé à une bille lancée à plus ou moins grande vitesse.

A chaque fois qu'il touche le sol, le corps du coureur se comporte comme un ressort capable de recevoir et de restituer de l'énergie.

De l'énergie… mais quelle énergie ?
L'énergie dont nous parlons provient du produit de la masse du coureur par la vitesse au carré qu'il a acquit. Les physiciens l'appellent "énergie cinétique". Parce que l'athlète est en mouvement et qu'il a une certaine masse, il envoie de l'énergie au sol à chaque appui. Le sol lui renvoie cette énergie pour partie. C'est cette part là que le corps est capable d'emmagasiner et de restituer au moment de la foulée suivante.


boulet-new-3Sans la phase d'amortissement, l'energie accumulée a l'impact du sol, a tendance à faire pivoter le ressort sans marquer de rebond et ferait chuter la balle.

La phase "d'amortissement" est nécessaire à la compression du ressort qui détermine le renvoi Sans prise d'appui nette au sol, le renvoi du corps vers le haut est impossible. "Amortissement" et "poussée" sont liés dans l'acte de réaction à la force appliquée au sol.

 

CONSEILS : Au niveau pratique, tout ce que je peux dire c'est que la rapidité de l'exécution - notamment au niveau du sol - devrait être recherchée si l'on veut favoriser l'efficacité du renvois des energies.


retrouvez dans discussion sur FACEBOOK plus d'explications http://www.facebook.com/topic.php?topic=14859&uid=312264633447

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

You may be surprised to learn that if during a run of 2 miles, your "style" meets certain mechanical principles, you will cover more than 1 km for free, without spending a single ounce of energy physiology. But you have a correct style? Are you running the economy?

Although the reality is not so marked, we can assimilate the chemical energy to the energy costs and energy elastic free energy. The first was the transformation of substrates in the muscles, the second of the recovery of kinetic energy in elastic structures of the body. It is the combination of forces generated by these two energies combine in the movement.

 
Brief: Energy Pay - Free Energy: the transformation of the energy taken in the environment movement energy


In the race walk, there are:

1) The phase of support, it also divided into 3 phases:

- Amortization: During this phase of the reaction force exerted on the athlete is oriented in the opposite direction of its movement.

- Support: is when the center of gravity is vertically above the supporting ground.

- The upthrust: The component of forces exerted by the rider on the ground is oriented in the direction of travel. So when the engine of choice.

2) The suspension period:

The suspension begins when the foot leaves the ground thrust and ends when the athlete takes support. During the aerial phase, the rider has no point of contact with the runway.

SUCH A BALL:

An athlete in motion can be amalgamated into a ball thrown to more or less speed.

Every time he touches the ground, the rider's body behaves like a spring capable of receiving and return energy.

Energy ... but what energy?
The energy we are talking about comes from the proceeds of the rider's mass and velocity squared it has acquired. Physicists call it "kinetic energy". Because the athlete is in motion and he has a certain mass, it sends energy to the ground at each support. The floor to refer the energy to party. It is this part where the body is able to store and return when the next stride.

Without the phase damping, the energy has accumulated impact of the soil, tends to rotate the spring without scoring and rebounding the ball would drop.

The phase of "depreciation" is required to compress the spring which determines the reference without making clear support on the ground, returning the body to the top is impossible. "Amortization" and "surge" is linked in the act of reaction to the force applied to the soil.


TIPS: On a practical level, all I can say is that the speed of execution - particularly at ground level - should be sought so as to enhance the effectiveness of referrals energies.


Find in discussion on FACEBOOK more explanations http://www.facebook.com/topic.php?topic=14859&uid=312264633447


 


 

 


 


Publié dans MUSCULATION

Commenter cet article